samedi 29 mars 2014

FFMC: 80km/h : non à l’inflation sécuritaire Manifestons à Marseille le 12 avril 2014


Dire que la vitesse est en cause dans les accidents, c’est comme de dire que le feu ça brûle ou que l’eau ça mouille. Ils sont forts, ces experts ! Méthode forte et répression voilà les seules solutions que les experts et le ministère de l'intérieur ont trouvées pour améliorer la sécurité routière dans notre pays ! Il semble que les experts de la sécurité routière aient du mal à distinguer vitesse maximum légale et vitesse adaptée aux conditions de circulation.




vendredi 28 mars 2014

Les fans de motos ne décolèrent pas (L'Union)

CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE (51). Les « Motards en colère » de la Marne s’opposent au projet de Manuel Valls de baisser la vitesse de 10 km/h et vont bientôt le faire savoir en mobilisant un maximum de bikers.


 Créée en décembre 2011 et forte d’une bonne cinquantaine d’adhérents aujourd’hui, la FFMC 51 (Fédération française des motards en colère de la Marne), présidée par le Châlonnais Michaël Mathieu, a pris un coup de chaud en entendant les récents propos du ministre de l’Intérieur.

jeudi 27 mars 2014

Bernard Lavilliers et la couleur des sentiments (Le figaro)

Bernard Lavilliers photo Rémy Gabalda
 Bernard Lavilliers a longtemps incarné une alternative. Un engagement, même. Au milieu des années 1970, il était, avec une poignée d'autres chanteurs (Renaud et Jacques Higelin), l'antidote à la variété pailletée invitée des shows télé de Maritie et Gilbert Carpentier. Ce natif de Saint-Étienne, issu d'une famille ouvrière, boxeur, était à mille lieues des us et coutumes du show-business. Son public se recrutait à la marge, du côté des exclus, des sans-voix. Au tournant des années 1980, Lavilliers accéda à une reconnaissance bien plus large, avec l'album O Gringo. Entre chanson française, rock, salsa, reggae et bossa-nova, ce disque l'imposa comme un poids lourd de la scène. L'homme n'hésita pas à mouiller le maillot, surjouant volontiers son côté baroudeur à gros biscotos. Mais les chansons étaient bonnes. Et les tubes se succédaient à une cadence infernale. Idées noires (un duo avec Nicoletta), Noir et Blanc, hymne de la lutte contre l'apartheid, et On the Road Again rythmèrent une décennie triomphale. Lavilliers s'inscrivait dans les pas de son modèle avoué, Léo Ferré. Contrairement à bon nombre de paroliers, il ne sacrifia jamais les mélodies ou les arrangements, tout en maintenant le cap, et en imposant son image de Corto Maltese chantant.


mardi 25 mars 2014

Jazz for dogs à Aubagne


 Dans le cadre du Festival International du Film d’Aubagne , ou FIFA (rien à voir avec le ballon rond) quelques concerts sont joués au théâtre Le Comoedia d’Aubagne.


samedi 22 mars 2014

Après le succès, Shaka Ponk "n'a surtout voulu rien changer" (AFP)

Du rock débridé, des visuels aussi forts que la musique, un esprit "fait-maison" et un singe : Shaka Ponk "n'a surtout voulu rien changer" après son succès fulgurant, confie le groupe à l'AFP avant la sortie de son nouvel album lundi.

Né en 2004, le groupe s'est fait un nom par la seule force du bouche-à-oreille et de concerts aussi énergiques que spectaculaires.

Tout s'est accéléré avec la parution en 2011 de leur troisième album "The geeks and the jerkin' socks".


mercredi 19 mars 2014

"Inclure les deux-roues dans la circulation alternée est stupide !" (FFMC) (La Provence)

Eric Thiollier, délégué général de la Fédération française des motards en colère, avait prévenu. Il constate et dénonce.


L'opération de circulation alternée menée dès lundi à Paris et dans sa périphérie n'a pas fait que des heureux. Surtout pas les motocyclistes et les scootéristes dont les moyens de transport sont pourtant les plus pratiques, les moins polluants et les plus civiques qui soient pour se déplacer dans les zones urbaines. On le voit quotidiennement edans les villes de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Pour la FFMC (Fédération française des motards en colère), trop c'est trop et Eric Thiollier, le Délégué général de l'association, qui avait prévenu, monte au créneau.

"Le gouvernement, constate la FFMC, a tellement brassé l’air de l’Île-de-France pollué que les vilaines particules ont fini par diminuer au point de pouvoir suspendre la punition alternée. Dans sa grande sagacité et au terme d’une semaine calamiteuse, le gouvernement a eu la sagesse d’imposer des restrictions de circulation 24 heures avant qu’un changement météo ne vienne purifier l’atmosphère de Paris et de sa petite couronne.

"Les restrictions de circulation n’auront donc embêté qu’une journée les salariés qui n’ont pas eu l’embarras du choix mais juste le choix de l’embarras. Mais attention, dès que le nuage toxique repasse la frontière, le gouvernement remettra ça, c’est promis !
"Les villes qui n’ont pas eu le temps d’expérimenter la machine à laver le ciel, les poumons et les cerveaux réclament déjà leur circulation alternée."

lundi 17 mars 2014

Dana Fuchs et Love to beg . La confirmation d'une voix


J’ai découvert Dana Fuchs en l’écoutant interpréter GimmeShelter des Rolling Stones sur un site célèbre de partage de vidéos. Du coup, j'en avais réactualisé l'article consacré à cette chanson

Dana Fuchs est née en 1976 dans le New Jersey. Elle a déménagé très tôt en Floride où elle s’est mise à chanter à l’age de douze ans dans une chorale de gospel.

Sa carrière démarre en 2003 avec la sortie de son premier album. Elle a sorti quatre albums au total dont un enregistrement de spectacle.. C’est l'album qui m'a permis de découvrir sa voix , que nous nous intéressons aujourd’hui.

Love to beg est sorti en 2011


vendredi 14 mars 2014

Le rock touareg des Tinariwen (Le Monde)

Tinariwen
Tinariwen
Après Tassili, gratifié d'un Grammy Award en 2012, Tinariwen sortait il y a quelques semaines Emmaar, qu'il présente mardi 11 mars à Paris. Un album que le groupe touareg du Mali reviendra défendre, cet été, en France, dans les festivals (notamment aux Vieilles Charrues le 18 juillet et aux Escales de Saint-Nazaire le 1er août).

Gorgé de guitares électriques, tranchant avec l'atmosphère acoustique du précédent disque, ce sixième album a été enregistré dans une maison située dans le désert du Mojave, au sud de la Californie. Comme pour Tassili, des copains rockers sont venus. Josh Klinghoffer, le guitariste des Red Hot Chili Peppers, Matt Sweeney, celui de Chavez, le violoniste et joueur de pedal steel de Nashville, Fats Kaplin, et aussi le slameur poète Saul Williams.

mercredi 12 mars 2014

Contrôle technique : le report à 2022 acté au Parlement Européen (Moto Magasine)

Le report du contrôle technique à 2022 pour les motos, à l’appréciation des États membres, a été acté le 11 mars par le Parlement européen. Scellant une vraie reconnaissance des motards.


lundi 10 mars 2014

Dimanche 16 mars 2014: Bourse d'échange de Custom Pays d'Aix

Comme chaque printemps le club Custom Pays d'Aix organise sa bourse d'échange à Bouc Bel Air, place des marronniers au domaine de la la Salle.



 Comme d'habitude, c'est un grand moment de convivialité qui se prépare où les amis pourront se retrouver. Pour les chineurs de nombreux stands de pièces détachées seront présents. Pour les amateurs de belles machines on pourra compter sur la participation de nombreux véhicules anciens, customisés aux goûts de leur propriétaire. 



 Alors retrouvons nous nombreux à la salle Thierry Brunet le 16 mars prochain.


dimanche 9 mars 2014

Manu Dibango, 80 ans de chocs musicaux (Le Monde)

Manu Dibango a eu 80 ans le 12 décembre 2013. Mais il a décidé d'en différer la célébration, afin de s'approprier son costume d'octogénaire et de s'y sentir à l'aise. Le saxophoniste est un octogénaire joyeux, évidemment. Très tendre aussi. Il a publié en 2013 une autobiographie, Balade en saxo, dans les coulisses de ma vie (éd. L'Archipel), qui finit ainsi : « Je vais me reposer un peu, car tout reste à faire. »


L'artiste camerounais Manu Dibango, à Dakar, en décembre 2010. | AFP/SEYLLOU DIALLO

samedi 8 mars 2014

Manu Dibango souffle ses 80 bougies (Mariane)

Novembre 2013, Paris, rue du Faubourg Saint-Antoine. Nous avons rendez-vous avec Manu Dibango. Dans l’ascenseur qui mène à radio Africa N°1, son rire fracassant dégringole déjà des étages. Le célèbre saxophoniste camerounais vient de terminer l’enregistrement de son émission radiophonique hebdomadaire. « Je change de casquette là, s’esclaffe-t-il. C’est moi qui interviewait tout à l’heure, et me voilà interviewé ! » A l’occasion de la sortie d’un nouvel album, d’un livre et de concerts, ce grand monsieur célèbre ses 80 ans. Entretien.

Ce n’est pas la première fois que vous revisitez des standards du jazz et de variétés, comme sur ce nouvel album. Qu’aimez-vous dans cette démarche ?
 
Ce qui me plaît, c’est de me mettre dans la peau de l’interprète saxophoniste. Après tout, les Miles Davis et Louis Armstrong faisaient ça aussi. La Vie en rose…vous mettez ce que vous voulez dedans. Les standards que je joue dans cet album me sont familiers. J’ai travaillé quatre ans avec Nino Ferrer. J’ai connu Otis Redding quand il est arrivé ici. Cet album est en fait une balade à travers les gens que j’ai rencontrés, tout simplement. Je pense que la musique est quelque chose qui se partage. Le public s’y retrouve quand je joue des standards, mais ça ne m’empêche pas de jouer mes trucs à moi. Après, je fais aussi des créations, comme Kirikou. C’est une autre casquette encore. Auteur, compositeur, interprète. Je suis tout cela à la fois.
 

mercredi 5 mars 2014

Le perpétuel anniversaire des Rolling Stones (Le Monde)




Après le 50  Counting… Tour, du 25 novembre 2012 au 13 juillet 2013 (trente concerts, dont sept en Europe) voici le14 on Fire Tour, prévu pour le moment du 21 février au 5 avril (quatorze concerts, d'Abu Dhabi à Auckland en passant par Cotai, à côté de Macao et Sydney).





lundi 3 mars 2014

A propos de Paco de Lucia: «Il a eu la même importance que Picasso ou Miles Davis dans leurs domaines» (Libération)

Article paru dans Libération du 26 février 2014

Les guitaristes français Juan Carmona et Vicente Pradal se souviennent de leur ami.

Paco de Lucia à Fuengirola le 2 juillet 2010. (Photo Jon Nazca / Reuters)


Des Mexicains Rodrigo y Gabriela au Trio Joubran de Palestine, le nombre de musiciens marqués par Paco de Lucía est incalculable. En France particulièrement, cet autre pays du flamenco, où il a souvent joué. Le guitariste Juan Carmona se souvient : «En 1973, j’avais 10 ans, mon père m’a emmené le voir à Martigues. Ma vocation de musicien est née ce soir-là.» Pour le Toulousain Vicente Pradal, la révélation est venue plus tard. «Issu d’une famille de guitaristes, je jouais déjà du flamenco quand il est apparu. Je peux témoigner qu’en découvrant sa musique nous étions estomaqués, ébahis. Sa sonorité, sa précision, sa technique étaient uniques. Quand nous avons été certains qu’il n’y avait aucun trucage, nous avons su qu’une ère nouvelle avait commencé.»
Sur le même sujet

dimanche 2 mars 2014

Paco de Lucia s'est éclipsé...



Le guitariste espagnol Paco de Lucia, de son vrai nom Francisco Sanchez Gomez, est décédé d'une crise cardiaque au Mexique à l'âge de 66 ans, a annoncé mercredi la mairie d'Algeciras, sa ville natale du sud de l'Espagne, qui rendait hommage à "la plus grande figure qu'ait connu le monde de la guitare".


La disparition du guitariste virtuose représente "une perte irréparable pour le monde de la culture, pour l'Andalousie", a déclaré le maire d'Algeciras, José Ignacio Landaluce. "La mort de Paco de Lucia transforme le génie en légende. Son héritage restera pour toujours, de même que la tendresse qu'il a toujours épouvée pour sa terre", ajouté le maire dans un communiqué. "Bien qu'il nous ait quittés, sa musique, sa manière géniale d'interpréter, son caractère, resteront toujours parmi nous", a ajouté le maire alors que la ville, qui a décrété un deuil officiel de trois jours, s'apprêtait à rendre un hommage ému au guitariste.