mercredi 28 décembre 2011

DORIPLAY Pulse O'Malley's

Le groupe Doryplay se distingue au premier coup d'oeil par une chanteuse fort charmante. Lorsqu'ils se mettent aux instruments, je suis impatient de savoir si le sifflet est à la hauteur du look.



One Again, morne soirée au O'Bell's

Ce soir, au O'Bell's c'est le groupe One again qui se produit. vingt deux heures pétantes, le groupe se lance. Les premiers morceaux joués me sont inconnus. C'est courageux de leur part mais n'attire pas spécialement l'attention du public présent qui vaque à ses conversations. Pourtant on sent une pèche, une envie de jouer assez plaisantes.



dimanche 25 décembre 2011

Gary Moore: Midnight Blues (blues de minuit)

Une chanson extraite de l'album Still got the blues paru en mars 2003 chez EMI.

Comme quoi les insomnies génèrent l'inspiration des grands musiciens...


Gary Moore: Separate Ways (Chemins Séparés)

En 1992 sort After Hours de Gary Moore, deux ans après son excellent "Still got the blues". Un album où il confirme son essai blues. Il s'affirme en artiste tentant de renouveler le genre sur un album où le mélange créations personnelles et interprétations des standards blues sont en osmoses.


On devine le plaisir qu'il ressent à reprendre "Key to love" de John Mayall (1966) dans une version pour le moins surchauffée, des morceaux pur blues tels que "Since I meet you baby"(avec BB KING), "The blues is allright" (avec Albert COLLINS) et "Jumpin' at shadows" .

Place à l'un des bijoux de l'album. 

jeudi 15 décembre 2011

Soirée africaine à l'Asphalte

L'asphalte est un "piano bar" ciotadin où trois fois par semaine des groupes se retrouvent pour jouer en mode bœuf ou concert selon l'ambiance du moment.



lundi 12 décembre 2011

Naho acoustique O'Bell's le 9 décembre 2011

 
Ce soir c'est le groupe Naho acoustique qui anime la soirée au pub o'bells. C'est un trio guitare électrique, basse et guitare acoustique. Le chanteur est bassiste. C'est un groupe dit de "covers". Il ne joue que des reprises de "tubes".

dimanche 27 novembre 2011

Dust au Bell's

Vendredi soir, le Bell's, un Pub à Plan de Campagne regorge de monde.
C'est que ce soir le groupe Dust se donne en concert.



mercredi 23 novembre 2011

La der de Scorpions à Toulon

Et hop !! Encore un concert qui m'aide à prendre conscience que le temps s'enfuit. Scorpions, un groupê que j'écoute depuis plus de trente ans (elle est là la claque !) passe, enfin, dans la région. Et pour sa tournée d'adieu s'il vous plait!


Un groupe de rève que je n'ai jamais eu l'occasion de voir sur scène. Je suis impatient et inquiet à la foi. Comment ce groupe, qui a presque mon age (fondé en 1965 par son âme Rudolf Scencker) et tourne depuis lors, va t'il se comporter sur scène? A la ZZ top? J'arrive, je fais mon set, montre que je reste bon et je m'en vais... A la deep Purple? J'arrive, je m'éclate avec le public en balançant mes succès, en prenant des risques dans les impros et je pars épuisé mais heureux de ce moment de communion sonore. Sans parler de toute la gamme possible entre ces deux comportements.

mercredi 16 novembre 2011

Scorpions: piqûre d'adieu ce soir à Toulon (Var matin)

Inutile de les piquer, Klaus Meine et sa bande font leur tournée d'adieu. Elle passe par Toulon ce soir, avant Nice. Retour sur le phénomène qui a traversé quatre décennies.



vendredi 11 novembre 2011

Patti Smith la poésie et la musique en vie


Comment évoquer Patti Smith? Une artiste américaine qui enchante le paysage musical et poétique depuis plus de trente cinq ans. Son premier album remonte à 1975. C'est l'indémodable « Horses ».Sa musique sait être brutale ou douce. Elle est au service de ses texte. Voulà une artiste qui sait mettre son engagement en poésie, musique et surtout en actes. "Power to the People" ! Voilà qui me va bien !

mardi 8 novembre 2011

La journée marseillaise de Patti Smith

À la Gare St-Charles pour inaugurer une salle au nom de Rimbaud, puis au Silo, la rockeuse est restée impériale.

Photo Guillaume Ruoppolo

Patti Smith, âme toujours rock

L'artiste américaine est aujourd'hui à Marseille et chante ce soir au Silo

  Photo Bruno Souillard

dimanche 23 octobre 2011

Fiesta des Suds : l'ivresse de Seun Kuti

Hier soir, le fils de Fela a mis en transe un public parsemé mais fiévreux à Marseille.

 Photo Guillaume Ruoppolo

samedi 22 octobre 2011

Paco de Lucia l'âme flamboyante du Flamenco

Sous l'immense pré-haut de la fiesta les papotages du public vont bon train depuis la fin du concert d'Imany.


Lorsque le maître apparait, le silence se fait. Un bref accordage de son instrument et le voilà parti dans l'interprétation d'un morceau issu de son dernier album. Il est seul sur scène et impose le respect, l'admiration. il distille un flamenco doux à mes oreille. Petit à petit le son chaud de sa guitare éveille une sensualité douce.

vendredi 21 octobre 2011

Bertignac: un grizzly bien vivant !

Louis Bertignac, est devenu un peu fantomatique ces dernières années. Son dernier album (en concert) remonte à 2006 et sa dernière production en studio date de 2005. Et voilà que cette année il nous pond un nouvel album et enchaine avec une tournée prévue pour durer jusqu'à juin 2012. Une question se pose : comment vas t'il se comporter sur scène avec ses 57 printemps ?


mardi 18 octobre 2011

Entre diva et « guitar-hero »

Catherine Ringer et Louis Bertignac font leur barouf ce mardi soir au Dock à partir de 19h30 pour la 20e édition de la Fiesta des Suds. . DJ’s Punk / Rock envahissent aussi la piste.


Photo RENAUD CORLOUER




Fiesta des suds : Paco de Lucia a enflammé le chapiteau du Dock

Le guitariste espagnol et son groupe ont enflammé, hier soir, le chapiteau du Dock
Paco de Lucia, hier soir à la Fiestades Suds : l'âme du flamenco
Paco de Lucia, hier soir à la Fiesta des Suds : l'âme du flamenco
Photo Guillaume Ruoppolo


Et que vibrent les cordes

Fiesta des Suds: Grands récitals sous le chapiteau pour Imany et Paco et intimité feutrée avec Eténèsh Wassié.
 
Paco de Lucia, le vieux monarque… photo: MIGUE MARIOTTI


mercredi 12 octobre 2011

Led Zeppelin: Stairways to heaven



Le classique des classique... Battu et rebattu . Mais je n'y résiste pas ! 

Stairway to Heaven est une des chansons les plus célèbres du groupe de rock britannique Led Zeppelin. Composée par Jimmy Page et écrite par Robert Plant , elle paraît en 1971 sur l'album Led Zeppelin IV



mercredi 21 septembre 2011

Vast : Winter In My Heart (l'hiver dans mon coeur)

Winter In My Heart

need a summer but the summer's come and gone
I need a summer but it's winter in my heart
It's all the same
The fucked up game you play with me
I need to hold you
But you're never coming back

I can't get
Any lower
I can't find
All the pieces of my broken life

I need a summer but the summers come and gone
I need a summer like a winter in my heart

I can't get
Any lower
I can't find
All the pieces of my broken life

But I try..
I still try

______________________________________________


L'hiver Dans Mon Coeur

J'ai besoin d'un été mais l'été est venu et passé
J'ai besoin d'un été mais c'est l'hiver dans mon cœur
C'est toujours la même chose
Ce jeu tordu que tu joues avec moi
J'ai besoin de te serrer dans mes bras
Mais tu ne reviendras jamais

Je ne peux pas tomber plus bas
Je ne peux pas trouver tous les morceaux de ma vie brisée

J'ai besoin d'un été mais il n'a fait que passer
J'ai besoin d'un été comme d'un hiver dans mon cœur


Je ne peux pas tomber plus bas
Je ne peux pas trouver tous les morceaux de ma vie brisée
 

J'essaie toujours



vendredi 2 septembre 2011

Ardèche Vets: la passion de la moto !



Tbird prête pour le service !

Et hop! samedi de bon matin le rendez vous pour le départ est prévu à une station essence sur la montée de Célony . Départ retardé pour cause d'orages sur l'Ardèche le vendredi. Nous avons perdu une soirée sur place. C'est bien dommage.

Il va nous falloir rattraper le temps.


lundi 22 août 2011

Idem se défoule à Vernègues


Ce soir le groupe Idem assure l'animation d'une soirée festive à  Vernegues.


Le comité des fête local a organisé une soirée grillades. Le public  présent est plutôt familial avec quelques jeunes et des groupes  d'amis. Et l'ambiance est excellente !

mercredi 10 août 2011

Monts de Vaucluse: la danse des motos


(Merci à Paillette pour m’avoir donné l’idée du titre)

Voilà deux semaines que je prépare une sortie en direction d’Aulan et de la Drôme Provençale. Deux semaines que je peaufine le parcours et le lieu de pique-nique. Un petit parcours d'environ 270 kilomètres, au dépars d'Aix en Provence, farci de petites routes pleines de virages.


samedi 30 juillet 2011

La Provence: Motards en colère et week-end noir

La Fédération française des motards en colère -à l'origine de l'AMM (Assurance Mutuelle des Motards)- et l'Union des usagers de la route dénoncent régulièrement les incohérences de la répression routière.

Les antennes FFMC 13 et 84 (Bouches-du-Rhône et Vaucluse) entameront, dès demain, sur les aires de repos du péage autoroutier de Lançon-de-Provence, la distribution d'informations. Celles-ci se poursuivront tout au long de l'été.

La FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) et l’UUR (Union des usagers de la route) - qui regroupe une quinzaine d’associations), dont 40 Millions d’automobilistes, le Codever, l'ACO (Automobile club de l'Ouest entre autres organisateurs des 24 Heures du Mans auto et moto) et la FFMC -, dénoncent régulièrement les incohérences de la répression routière. Les manifestations organisées un peu partout en France le 18 juin ont d'ailleurs, enfin, marqué la capacité d'une très grande majorité de citoyens-conducteurs de refuser de continuer à être les vaches à lait de nos gouvernements successifs et d'être traités, de manière souvent disproportionnée, comme des délinquants de la route.

Un mouvement sans précédent

"Dès ce samedi 30 juillet, précise Philippe Stoppacher de la FFMC 13, les motards en colère des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse distribueront des tracts aux usagers de la route. Nous commencerons par les aires de Lançon-de-Provence et nos opérations se poursuivront cet été pour faire valoir nos préoccupations. Car pendant deux ans la FFMC a participé à la concertation nationale sur la sécurité routière. Ses représentants ont été des forces de propositions et ont amené des solutions aux problèmes rencontrés sur la route par des usagers aux typologies différentes."

Il est vrai que, dans la foulée, les mesures gouvernementales répressives annoncées à la suite du CISR (Comité interministériel de sécurité routière) du 11 mai - en partie retoquées depuis... - ont au moins eu un résultat positif : la création d’un mouvement sans précédent de tous les usagers de la route.

"Le Gouvernement, poursuit M. Stoppacher, refuse de mener une véritable politique de sécurité routière. Après le CISR, il s’est déclaré favorable à la mise en application de mesures répressives: retrait des panneaux signalant les radars, implantation coûteuse de radars dits pédagogiques, port obligatoire de gilets fluos et plaques d'immatriculation au format A4 pour les motards (...) Non, les conducteurs de deux, trois, quatre roues ou plus ne sont pas tous des délinquants et ils refusent d’être traités comme tels. Ils ne cautionnent pas les bilans manipulés et sortis de leur contexte, la criminalisation croissante des citoyens et l’absence de prise en compte des causes réelles de l’insécurité routière."

Parc moto doublé en 10 ans et moins 20,7% de morts

Il est, en effet, tout à fait étrange de constater que les résultats définitifs des accidents routiers survenus en 2010 - moins 20,7 % de tués à moto - sont en contradiction absolue avec les discours alarmistes, qui semblent oublier les causes réelles et principales de l’hécatombe : alccool, drogue, médicaments, somnolence au volant, formation des conducteurs.
"Si les accidents de moto baissent assez peu en valeur absolue, conclut Philippe Stoppacher, le parc, lui, augmente fortement, avec un nombre de deux-roues motorisés en circulation qui a pratiquement doublé en dix ans. Motos et scooters font donc d’énormes progrès (...) Pourquoi alors dans ce contexte s’acharner à imposer toujours plus de contraintes, de verbalisations et de restrictions, notamment aux deux-roues motorisés, qui se révèlent en fait les bons élèves de la sécurité routière? A quand une véritable politique de la route, basée sur la responsabilisation, la formation, le respect de chacun ? C’est pour l’exiger que la FFMC, alliée aux autres usagers de la route, poursuivent tout au long de l’été leurs actions pédagogiques."

Quoi qu'il en soit, à la tête du peloton de Gendarmerie d'autoroute de Salon-de-Provence, le Capitaine Chatelier, lui même motard, s'attend à vivre "un week-end noir" ! Donc, en auto ou à moto, prudence.

Charles-Bernard ADREANI (cbadreani@laprovence-presse.fr)

mardi 26 juillet 2011

DarkSide illumine le Château Paradis

Cette année le groupe Darkside (Pink Floyd tribute) participe au festival Music en vignes. J'avais pu les apprécier en 2010 lors d'un concert donné sur le parvis de la mairie de Saint Marc Jaumegarde.

Ce festival est organisé dans la cour du Château Paradis. Une propriété viticole située sur la commune du Puy Sainte Réparade.


dimanche 24 juillet 2011

Robert Plant & The Band Of Joy à la salle Wilfrid-Pelletier de la PdA - Dans l’attente du grand cri

Dans ces moments-là, ils sont beaux. Des ados, Alain Simard autant qu’André Ménard, tout fondateurs du FIJM soient-ils. «We’re very happy, obviously, I think it shows in our faces...», a dit Ménard d’entrée de jeu dans sa portion de présentation du Spirit Award à Robert Plant. Si ça paraissait? Au petit Salon Vert, adjacent à la grande scène de Wilfrid, on avait les visages comme des champs de boutons qui devraient péter mais ne pètent pas à force de retenir les mots. Les deux mots. Les mots qu’on ne pouvait pas prononcer: Led Zep. Ne pas mentionner Led Zeppelin. Surtout, ne pas mentionner Led Zeppelin. De grâââce, ne pas mentionner Led Zeppelin, nous avait-on rappelé et rappelé encore. La gérance de Plant avait dû insister fort: feu Peter Grant, légendaire gérant du Zeppelin, aurait été content. Intimidés, tous! Dame! On est Rock God où on ne l’est pas.  C’était quand même Plant qui était là en ce petit vendredi soir pluvieux à Montréal, à portée de ridules, le vrai de vrai Robert Plant, avec sa tignasse de Plant et sa charpente de Rock God.

Ben Harper, robert Plant et Azaf Avidan au festival de nimes 2011

Ce vendredi 22 juillet, le  temps n'est pas trop chaud et quelques nuages survole les Arènes de Nimes. Grandioses de l'extérieur, elles ne paraissent pas si immense une fois à l'intérieur.


dimanche 17 juillet 2011

L'Opéra Molotov ? Un excellent cocktail


Ce soir, dans le parc de la Mairie de Simiane Collongue, une scène a été dressée. Un piano patiente d'un côté tandis qu'un micro s'ennuie sagement sur son pied. Le public, discipliné, s'installe sur les chaises.

samedi 2 juillet 2011

Rolling Stones : Gimme Shelter - Offre-moi Asile


Voilà un titre phare des Stones extrait  de l'album "Let it bleed" paru en 1969.
 En parlant de l'enregistrement de l'album, Jagger a déclaré en 1995 : « Eh bien, c'est une époque très dure, très violente. La guerre du Viet-nam. Violence sur les écrans, pillage et incendies. Et le Viet-nam n'était pas la guerre au sens conventionnel du terme... » Il conclut sur la chanson elle-même : « C'est une sorte de chanson de fin du monde, vraiment. C'est l'apocalypse ; tout le disque est comme ça »
Les paroles de la chanson évoquent la recherche d'un abri face à la tempête à venir, dépeignant des images de dévastation et d'apocalypse sociale, mais insistant également sur le pouvoir de l'amour.


dimanche 19 juin 2011

Marseille : le grand show des motards en colère

Ils ont défilé dans la cité phocéenne mais aussi dans toute la France pour dénoncer les mesures du gouvernement

A trois sur une moto, on mérite un blâme. Mais quand on est pilote avec deux chiens installés dans le side-car, on a droit à une ovation. Et les applaudissements, mêlés aux klaxons, ont crépité quand l'engin a débarqué.
Il était 14h30, hier sur le parvis du Dôme et ne manquait plus que Marlon Brando et sa Harley pour faire de ce rassemblement la plus grande messe motorisée des dix dernières années à Marseille.

 Photo Cyril Sollier

"En mars 2010, on était entre 700 et 1000, se souvenait un organisateur. Aujourd'hui, on va bien dépasser le millier de motards." Des motards réunis sous l'étendard de la FFMC, la Fédération française des motards en colère, venue repousser le spectre de la nouvelle réglementation.

Mais contre quoi donc se dressent les motards ? "Contre toutes les mesures", lancent Naïs Chauvin et Philippe Stoppacher, deux responsables de la FFMC. Ce dernier analyse : "Tout ça, c'est un effet d'annonce. On s'approche de la présidentielle, alors on prend des mesures pour montrer qu'on veut combattre l'insécurité routière." A 15h, les motards s'en sont allés porter leur message dans la ville. Cap sur la Canebière, via le boulevard de la Libération et direction l'A50, par Lieutaud et Cantini. Un cortège, étiré comme des vieilles caravanes du Far West, partant non pas à la conquête des terres mais plutôt des esprits. Un cortège décidé à faire comprendre aux Marseillais que le motard n'est pas un éternel coupable

"La responsabilité est beaucoup moins engagée que celle des voitures." Ni le clown du troisième millénaire. "Vous vous rendez compte,soupira Pierre, un Alsacien, on veut nous faire mettre un gilet fluo. C'est n'importe quoi." Et Naïs développa : "Le problème c'est que l'automobiliste ne nous voit pas parce qu'il n'a pas été formé pour ça. Quand il passe le permis, il faudrait aussi le faire monter sur une moto pour qu'il sache ce que c'est. Il doit connaître les spécificités de l'autre. En fait, la formation à la sécurité routière, c'est à l'école qu'elle doit démarrer." Former les autres, première requête. Mais il y en a d'autres: ne pas supprimer les panneaux avertissant de la présence d'un radar, ne pas prévoir de contrôle technique pour les motos, améliorer les infrastructures, présenter des chiffres sincères de la sécurité routière, écouter toutes les associations, confier la verbalisation à des... êtres humains, etc.

"Et d'une manière générale, il faut arrêter de croire que la vitesse tue, tenta de convaincre le motard alsacien. Les accidents domestiques provoquent quatre fois plus de morts que la route." Mais la route ne voit-elle pas surgir parfois des motards inconscients ? Ceux qui doublent sur la passerelle de Plombières, par exemple. "Il y a aussi des abrutis chez les motards, reconnaît Philippe, mais 70% des accidents sont provoqués par des voitures."

Jean-Jacques FIORITO La Provence du 19 juin 2011

dimanche 5 juin 2011

Une pluie Hors Limites !

Samedi 4 juin nous avons rendez vous au parc de Valabre pour la douzième concentration des Hors Limites 13. Le temps est bien gris et la chaîne de l'Étoile est noyée dans les nuages.


dimanche 22 mai 2011

La Provence: Marseille : 750 motards qui ont tout fait pour être vus…

Inscrite de longue date au calendrier de la Fédération française des motards en colère (FFMC), la manifestation, prévue hier entre Marseille et Aubagne, a pris un nouveau tour à la lumière des décisions prises récemment par le Comité interministériel de sécurité routière (CISR) au sujet de la pratique du deux-roues. Particulièrement remontés, près de 750 motards venus de six départements (04, 06, 13, 30, 34, 84) s'étaient en effet donné rendez-vous sur la place du Dôme, dans le quartier de Saint-Just, avant de rejoindre Aubagne en convoi; une ville d'arrivée choisie à dessein, car considérée par la FFMC comme emblématique de l'insécurité routière pour les deux-roues.

Le Figaro : Sécurité routière : 2000 motards à Paris

Deux milliers de motards ont défilé cet après-midi à Paris contre les mesures "fantoches" et "répressives" prises le 11 mai pour enrayer la remontée du nombre de morts sur les routes.

"Pour notre soi-disant sécurité, on nous impose de porter des gilets fluos alors que la majorité des accidents ont lieu le jour et pas la nuit, et d'augmenter la taille de notre plaque d'immatriculation", a déclaré à l'AFP Jean-Marc Belotti, coordinateur de l'antenne parisienne de la Fédération française des motards en colère (FFMC), à l'iniative de la manifestation.

Plus de Répression induit plus de manifestations

Depuis le début de l'année le nombre d'accidents de la route mortels augmente. Le 11 mai 2011 Le Comité Interministériel sur la Sécurité Routière (CISR) a publié une liste de mesures répressives . Liste consultable ici



mercredi 4 mai 2011

Popa Chubby à l'Espace Julien .... Yeah !!

Ce mardi 3 mai 2011 je m'en vais assister à un concert de Popa Chubby à l'Espace Julien. et ceux avec plusieurs groupes d'ami qui pour une fois vont s'entrecroiser.


mardi 3 mai 2011

Marseille : Popa Chubby fait rugir le son de la "Big Apple" à l’Espace Julien

Le père d’une musique blues et rock venue de New York est ce soir à Marseille


 Photo DR

Il a vraiment une gueule de "bad boy". Avec sa boule à zéro, ses gros bras et ses tatouages de femmes nues, Popa Chubby a d’abord dû se faire une place dans un quartier noir de New York, le Bronx où il est né en 1960, avant de se faire un nom dans le vaste champ des musiques noires-américaines, le blues en particulier. Au point même d’incarner un genre musical, le New York City blues, qu’il définit comme "une musique crue, urbaine et qui t’en met plein la gueule". A savoir, un mélange détonnant de blues et de rock, avec aussi du jazz, du funk et même du gangsta rap.

Né Ted Horowitz, l’homme à la Stratocaster de 1966, fortement influencé par le jeu de Jimi Hendrix auquel on le compare, commence pourtant la musique par la batterie, à l’âge de 14 ans. Et c’est en découvrant les Rolling Stones que ce fils d’épicier se met à la guitare.

Musicien prolifique, Popa Chubby, sorte de "papa joufflu" du blues pour ne garder que la traduction politiquement correcte de son pseudonyme, sort presque un album par an à partir de 1991. Après Booty And The Beast, sorti en 1995 chez Sony, album de blues qu’il juge commercial à l’image de ce que lui avait suggéré son producteur Tom Dowd, le New-yorkais monte sa propre structure, PCP-Popa Chubby Productions, et gère sa carrière en indépendant depuis plus de 10 ans.
Particulièrement adulé en Europe, Popa Chubby revient avec un 28e album volontiers énervé, The Fight is on, qu’il défend ce soir sur la scène de l’Espace Julien. "J’avais envie d’un son rocailleux, rock’n roll qui sent bon le sale... sans compromis". Une nouvelle preuve que le rock n’est pas mort.

Ce soir 20h30, Espace Julien (Marseille), 24,80 €. Première partie : Hofman Family Blues Experience au Café Julien.

A. K., La Provence du 3 mai 2011

samedi 9 avril 2011

Triumph Thunderbird 1700 : premiers tours de roues

Vendredi, en fin d'après midi, je m suis fait une petite balade de 130 km dans les Bouches du Rhône et le Var. Principalement des petites routes pleines de virages. (surprenant non? )


La moto est très homogène, rassurante, incite à prendre de l'angle. Comme tout bon custom cette prise d'angle en virage est limitée par la faible garde au sol et j'ai commencé à user les protection des repose pied. la direction est précise. Je place la moto sans problème sur les trajectoires choisies. Le plus important étant le regard....




Je pense que je n'userai pas rapidement les plaquettes de freins car le fein moteur est phénoménal. Il me suffit de tomber les rapport pour ralentir comme il convient.

Le moteur est vif pour un joujou de cette catégorie. Le vendeur m'a recommandé de ne pas dépasser les 4.000 tours / minute pendant la phase de rodage. Je dirais que je n'ai même pas besoin d'y faire attention mis à part dans les phases de démarrage. A 3.000 tours / minutes la moto se bouge déjà très bien dans le cadre de l'apprentissage d'un tel engin.


De toute façon, rester dans cette plage de rythme moteur est fort agréable car c'est la zone où se trouve le couple maximal. Pour doubler, aucun problème. J'ouvre un peu les gaz et la moto bondit. Impressionnant.

L'assise est ferme sans être inconfortable. Une copine, qui a été passagère sur un modèle similaire, m'a dit que le pouf arrière était tout à fait correct. De toute façon j'ai commandé une selle confort. Je pense qu'elle sera bien pratique pour les longues balades.

Sur les voies rapides, je n'ai, bien sur, aucune protection. La pression du vent sur les épaules est motivante pour rester dans des rythmes non prohibés.


On ne va quand même pas encenser ce bijou... Dans ce bas monde rien n'est parfait. alors je lui ai trouvé quelques défauts.
  • Le premier, je l'avais déjà remarqué lors de l'essai chez le concessionnaire: les rétroviseur me permettent, principalement, d'admirer mes avants bras.
  • Le second est lié à la taille des gamelles. en ville les ventilos du radiateurs me permettrons de garder les tibias bien au chaud quelle que soit la saison.
  • quelques réglages à peaufiner:
    • mon phare éclaire très bien la cime des arbres qui bordent la route.
    • amortisseurs arrière réglés trop souple.

Bref ! J'ai eu beaucoup de plaisir à attaquer le rodage de ma belle.

lundi 4 avril 2011

Le dernier coup de blues de Calvin Russell (L'Humanité)

L'Américain Calvin Russell, chanteur de rock et de blues surtout apprécié en France, est décédé dimanche à Austin (Texas), à l'âge de 62 ans, d'une longue maladie, a annoncé lundi XIII Bis Records, sa maison de disque française.

Calvin Russell avait subi l'année dernière une greffe du foie.



lundi 28 mars 2011

Lavilliers du temps passé

Tour de carrière en 2h de show, mardi au Dock des Suds.


« Bien mieux ici, sur les quais, que là-bas… dans ce pseudo Zénith. » Par deux fois, mardi soir, Bernard Lavilliers a dit son bonheur d’être au Dock des Suds. Et son concert dans le cadre du Festival Avec le temps l’a montré. Presque deux heures de show. Un spectacle impeccablement réglé, éclairage au top et musiciens en béton.

    S’il commence par Je cours, Lavilliers ne s’est pas cantonné à son dernier album, proposant des titres de toute sa carrière avec pas mal de chansons des débuts, des années 70, une ode peu connue comme La grande marée, mais aussi Traffic qui réveille les souvenirs d’un public d’évidence composé de fidèles, une version « tambours du Bronx » de Stand the ghetto, toute une salle qui chante les Mains d’or. Entendre tant de monde clamer « je voudrais travailler encore » prends aujourd’hui un écho particulier, tout comme les sorties -pourtant anciennes- sur le nucléaire.

    Et c’est d’ailleurs ce que montre ce tour de carrière en deux heures : une poésie incroyable mise au service d’un engagement constant, souvent prémonitoire. Cette constance, Saint-Etienne en livre une clé ; Lavilliers savait d’où il venait et ne l’a jamais oublié : « La misère écrasant son mégot sur mon cœur a laissé dans mon sang la trace indélébile qui le même son et la même couleur que la suie des crassiers, du charbon inutile. »

    Si le contestataire semble aujourd’hui fatigué, si le titre de son dernier album est Causes perdues, dans la chanson éponyme il lâche aussi : « Portez-les, vos idées, vos visages. N’oubliez rien de vos rêves fous. Tenez-les, portez-les jusqu’au bout. »

Article paru dans La Marseillaise du 24 mars 2011

samedi 26 mars 2011

Chez Harley Davidson c'est au tour de la Street Bob

Après avoir testé le Fat Bob, me voici de nouveau chez Harley Davidson Marseille pour essayer la Street Bob. L'un des avatars de la gamme Dyna.


C'est beau la vie privée

Je rêve !!!Voilà à quoi pourrait ressembler la commande d'une pizza en 2015 suite aux dérives de l'interconnexion des données informatiques :

Standardiste virtuelle : Speed-Pizza, bonjour.

Client : Bonjour, je souhaite passer une commande s'il vous plaît.
    
Standardiste : Oui, puis-je avoir votre NIN, Monsieur ?

Client : Mon Numéro d'Identification National ? Oui, un instant, voilà, c'est le 6102049998-45-54610.

Standardiste : Je me présente je suis Noa Legarrec-Garcia. Merci Mr Jacques Lavoie. Donc, nous allons actualiser votre fiche, votre adresse est bien le 174 avenue de Villiers à Carcassonne, et votre numéro de téléphone le 04 68 69 69 69. Votre numéro de téléphone professionnel à la Société Durand est le 04 72 25 55 41 et votre numéro de téléphone mobile le 06 06 05 05 01. C'est bien ça, Monsieur Lavoie ?

Client (timidement) : oui !!

Standardiste : Je vois que vous appelez d'un autre numéro qui correspond au domicile de Mlle Isabelle Denoix, qui est votre assistante technique.
Sachant qu'il est 23h30 et que vous êtes en RTT, nous ne pourrons vous livrer au domicile de Mlle Denoix que si vous nous envoyez un XMS à partir de votre portable en précisant le code suivant AZ25/JkPp+88.

Client : Bon, je le fais, mais d'où sortez-vous toutes ces informations ?
  

vendredi 25 mars 2011

Essai d'une Triumph Thunderbird 1700

Après avoir essayé la La Thunderbird Storm, le dernier né de la famille des gros custom Triumph, j'ai l'occasion d'essayer une Thunderbird 1700.

Cet engin est une série limitée de la Thunderbird produite en 2010 (100 exemplaires) . Comme son nom l'indique, elle est équipée d'un moteur de 1700 cc . Ce modèle possède nouveaux pistons, des nouvelles chemises, des nouveaux arbres à cames et de nouveaux ressorts d'embrayage. Le couple et la puissance s'en ressentent passant respectivement  à 16.2mkg et à 97ch.


Harley Davidson Fat Bob en test

Samedi, le temps est beau. J'ai rendez vous pour essayer une Harley pour la première fois. Harley tout un mythe... Depuis le temps que les copains me serinent qu'il n'y a que çà de vrai ... Je vais, enfin, m'y essayer.

J'avais envie de voir ce qu'une Dyna Super Glide Custom a dans le ventre... Mais aucune n'étant à disposition pour des essais, je vais voir ce que vaut un Fat Bob.

Le Fat Bob... d'abord une gueule, double phares, dragbar, commandes avancées... Le power cruiser (c'est bien écrit hein ! ) dans toute sa splendeur. J'ai l'impression de le connaitre. J'ai essayé récemment une Triumph Thunderbird Storm qui lui ressemble. Il est bien proportionné dans le genre trapu. C’est à dire bas et costaud.


jeudi 24 mars 2011

Essai de la Triumph thunderbird Storm

La Thunderbird Storm est le dernier né de la famille des gros custom Triumph. Cette famille a été lancée en 2009 par la société anglaise. Au départ les motos étaient construites à partir d'un chassis jugé excellent par la presse spécialisée et d'un gros twin vertical de 1600 cc à refroidissement liquide jugé lui un peu trop linéaire et avare de sensations malgré ses son couple phénoménal de de 14.6mkg à 2750tr/min.

En 2010, Triumph propose une série limitée du joujou équipée d'un moteur de 1700 cc . Ce modèle possède nouveaux pistons, des nouvelles chemises, des nouveaux arbres à cames et de nouveaux ressorts d'embrayage. Le couple et la puissance s'en ressentent passant respectivement  à 16.2mkg et à 97ch.


2011, la marque anglaise rajoute à son catalogue, la version "Storm". Elle garde le chassis et le moteur de la Thunderbird 1700 mais le look est retravaillé pour ressembler, fortement, à la Harley Davidson Fat Bob. Peinture noire généralisée. Les chromes rutilants de la Thunderbird de base disparaissent.

mercredi 23 mars 2011

Bernard Lavilliers est "chez lui" aux Docks des Suds

Voilà quelques années que Bernard Lavilliers n'avait pas fait étape à Marseille.
J'étais allé le voir, alors au Dôme. La grande salle de Marseille. Mais il n'avait pas réussi à le remplir alors. De plus l'acoustique de cette salle n'est pas terrible.

Nous voici donc de retour aux Docks des Suds.  Cette salle est plus petite mais conviviale.

En première partie, on trouve Balbino Medellin. C'est un ancien guitariste de Manu Chao. Il est produit, justement, par Bernard Lavilliers. Il est peu connu du grand public mais a déjà à son actif deux album. Et comme on n'est jamais si bien servi que par soit même, il annonce au cours du concert la parution du troisième à la prochaine rentrée.


dimanche 20 mars 2011

Le voyage enraciné des Ogres de Barback (RFI)


Les Ogres de Barback sortent leur dixième album studio, Comment je suis devenu voyageur, hymne au mouvement et à l’ouverture.
 
 
Avec le temps, les Ogres de Barback ont fini par constituer une des plus heureuses exceptions de la chanson en France. Pionniers et parangons de l’indépendance, ils contrôlent leur label discographique, Irfan, et sont producteurs de leurs tournées. Leur singulier univers poétique et musical ne cesse de s’enrichir, d’album en album. 

Avec Comment je suis devenu voyageur, une fois de plus, Fred, Alice, Sam et Mathilde Bruguière ont travaillé à la maison, dans le grand studio installé dans la cave de la maison en Ardèche d’une des jumelles. Outre les rituelles invitations de copains (et même de Léo, leur petit frère de quinze ans, à la batterie) et leur plaisir d’ajouter de nouveaux instruments de musique à chaque disque, la méthode est toujours la même : à Cergy, Fred écrit les textes et des débuts de mélodies que ses frère et sœurs travaillent de leur côté, chacun dans son coin de France. Et ils se retrouvent aux vacances scolaires avec leurs conjoints et leur douzaine d’enfants, pour achever l’écriture et enregistrer les chansons. "C’est un peu le bordel, mais un joyeux bordel", note Fred.