samedi 10 juillet 2010

Superbike à Misano 2010

Le Superbike c'est la course reine ! C'est la porte d'entrée (Ben Spies) ou de sortie (Biaggi) du moto GP.

Samedi , dix heures trente. Les Superbikes (1000cc) à rentrent en lice. Les données changent par rapport aux Supersport (600cc) qui tournaient jusqu'à présent.. Vitesse de passage et bruit moteurs ne sont plus les même. Les pilotes sont plus expérimentés, les motos plus puissantes.

Haga sur sa Ducati 1098R



D’emblée et rien qu’à leur son grave et saccadé on reconnaît les Ducati. Par contre pour, se retrouver entre les quatre cylindres des différentes marques japonaises, de bons yeux sont indispensables aux béotiens.

Sylvain Guintoli - Suzuki GSXR 1000

Exception faite aux Kawasaki dont le vert est emblématique.

Matteo Baiocco - Kawasaki zx10r

Les motos se sont lancées par vagues successives. L’objectif des pilotes est de réaliser le meilleurs temps possible de façon à pouvoir concourir au mieux pour la Superpole. Seuls les vingt meilleurs sont qualifiés. Le meilleurs temps est réalisé par l’australien Troy Corser sur une BMW S1000 RR 1'35.791 (1 min 35s 791 ms) .

Troy Corser - BMW S1000 RR

Le meilleur temps du seul français en course , Sylvain Guintoli sur une Suzuki GSX-R 1000 est de 1'36.378 soit la treizième position. L’italien Max Biaggi sur son Aprilia RSV4 Factory est classé cinquième avec un temps de 1'36.058. Le plus mauvais temps est réalisé par Matteo Baiocco sur Kawasaki ZX 10R en 1'38.287 .


Le rôle de la Superpole est de déterminer l’ordre des pilotes sur la grille de départ en trois séries d'essais. Les vingt meilleurs temps des essais qualificatifs s’élancent pour quatorze minutes. Lors de la seconde, les seize meilleurs se disputent les places en douze minutes. C'est lors de la troisième course, que les huit plus véloces s'écharpent pour la pole position pendant dix minutes. L’exercice est pour le moins spectaculaire. Freinage et prise d’angle en mettent plein les yeux.


Nous sommes au niveau d'une courbe légère prise à fond par les pilotes. Quelques sorties de route sont impressionnantes. Mais je ne suis jamais bien placé pour les photographier.



Au final, Troy Corser se retrouve en pole position avec un temps de 1’35’’001 devant Max Biaggi (1’35‘’502) et Michel Fabrizio (1’35’’680). Sylvain Guintoli est en sixième place (1’36’’096). Il a bien amélioré les réglages de son engin.


L'écart entre le romain le véréran australien se ressère. il passe de huit dizièmes à une demi seconde.....



La course se passe en deux manches. La première démarre sous le soleil de plomb de midi.


Dès le départ Biaggi et Corser se lancent dans leur duel alors que Checa, Fabrizio et Guintoli restent en attente pour ramasser les éventuels morceaux.....


Le Drômois dépasse le pilote Ducati pour tenter de revenir sur l'Espagnol. En tête, l'Australien a réussi à se constituer un petit matelas de sécurité, puisque la RSV4 est un peu en retrait. Johnny Rea, parti 15ème, a réussi un départ extraordinaire et se retrouve en compétition avec Haslam pour la huitième place. Toutefois, il semble que l'Anglais sur Suzuki marque un peu le pas, même s'il dépasse assez rapidement Haga pour la septième position. Malgré ses efforts, Guintoli ne peut pas résister à Fabrizio et perd le quatrième rang.



En tête, Corser garde le rythme sous le regard de Biaggi qui voudrait bien attaquer, mais les endroits où dépasser à Misano sont bien rares et le Transalpin doit ronger son frein. Checa se confronte au même problème avec "l'Empereur romain". Aux portes du top 10, Rea, avec sa Honda, est quelque peu mis à mal puisqu'il pointe 11ème à mi-course, onzième, doublé notamment par Byrne. Ce dernier se joue aussi de James Toseland (Yamaha) dans une manoeuvre aussi osée que spectaculaire. A huit tours de la fin, suite à une petite erreur de Corser, Biaggi double l'Australien qui pourrait toutefois répliquer à tout moment, car la victoire est au bout.


Seulement, une nouvelle erreur de la BMW autorise la Ducati de Checa à s'emparer de la deuxième marche du podium sans toutefois être en mesure de menacer le Romain. Ainsi, il résiste et coiffe sur le poteau l'Espagnol et Corser qui obtient quoi qu'il en soit un nouveau podium très précieux pour BMW. Pour une fois, Guintoli, 5ème, devance son coéquipier qui a perdu sa bagarre avec Haga et termine seulement 8ème. Pour Jonathan Rea, la course a été très difficile : l'Anglais est hors du top 10.

 
Quand on regarde les écarts. On se rend compte que les trois premiers sont dans la même seconde puis que les concurents suivants s'égrennent seconde par seconde. D'autre part, une polémique fait rage autour de certaines modifications faites sur les Aprilia. Si ces modifications étaient autant déterminantes pour le résultat final, la seconde Aprilia ne serait pas à plus de huit secondes derrière le vainqueur .
 
1. Biaggi M. (ITA) #3 Aprilia RSV4 Factory 38'59.319 (156,082 kph) 



2. Checa C. (ESP) #7 Ducati 1098R 0.387
3. Corser T. (AUS) #11 BMW S1000 RR 0.822
4. Fabrizio M. (ITA) #84 Ducati 1098R 4.911
5. Guintoli S. (FRA) #50 Suzuki GSX-R1000 5.916
6. Camier L. (GBR) #2 Aprilia RSV4 Factory 8.658

Après l'intermède de la course Supersport, la deuxième course Superbike se met en place.

Pendant ce temps, l'attitude du public est diverse et variée



Biagi s'arrache sur le départ. Mais trop confiant, il se laisse dépasser par Corser et Checa sans la première courbe.. Haslam se retrouve juste derrière l'Italien et devant Fabrizio. Guintoli se positionne 7ème, secondé par Crutchlow (champion du monde WSBK 2009) qui ne tarde pas à doubler. Soudain, Fabrizio perçoit une faiblesse dans ces adversaires et se retrouve au troisième rang.  Devant, Corser réitère sa prestation de la première course.Michel Fabrizio double à "l'arrache" Checa,qui rétrograde de quelques places.

Crutchlow #35 et Fabrizio #84 à la lutte

Fabrizio prend la tête de la course en dépassant Corser. Biaggi "saute" l'australien à son tour. Même la Suzuki de l'Anglais Haslam double la BMW de Corser. Les deux Transalpins creusent l'écart. Biaggi passe dans un trou de souris et prend la tête.

James Toseland, chute et se voit contraint à l'abandon.

Biaggi s'échappe pour le doublé tandis qu'Haslam double Fabrizio dans la ligne droite des stands.

Corser, malheureux tire droit dans les dernières courbes permettant à Guintoli d'obtenir la sixième place !

1. Biaggi M. (ITA) #3 Aprilia RSV4 Factory 38'58.149 (156,16 kph)


2. Haslam L. #91 (GBR) Suzuki GSX-R1000 4.095
3. Fabrizio M. #84 (ITA) Ducati 1098R 4.631
4. Crutchlow C. #35 (GBR) Yamaha YZF R1 5.014
5. Checa C. #7 (ESP) Ducati 1098R 6.256
6. Guintoli S. #50 (FRA) Suzuki GSX-R1000 7.677


Un nouveau doublé vainqueur de Biaggi, qui qui élargit l'écart qui le sépare de Leon Haslam au championnat du monde.
Il faudra garder en mémoire la performance de Corser pour la Superpole. La victoire guette BMW au coin du circuit....

En finissant cinquième et sixième Guintoli n'a pas à rougir de sa performance. Il a pris la mesure de ce qu'est la superbike mondial. Il ne peut que progresser.

ensemble des photos

4 commentaires :

  1. bel aperçu!!des gros plans supers(la Suzuki n°50 entre autres) Serait-ce le zoom du Canon Eos??

    RépondreSupprimer
  2. zoom + doubleur + légers recadrages

    RépondreSupprimer
  3. Merci! je viens d'apprendre ce qu'était 1 doubleur...me serai encore pas levée pour rien ce jourd'hui!lol

    RépondreSupprimer
  4. Merci de nous faire partager ces bons moments ! superbes photos !

    RépondreSupprimer