mercredi 24 septembre 2014

Les différentes nuances de bleu de Joe Bonamassa (Le Républicain Lorrain)

Avec Different Shades Of Blue, Joe Bonamassa ne se limite pas qu’au blues. Cette fois le bonhomme, qui est aussi un fabuleux chanteur, explore d’autres sons à même de pouvoir toucher un public beaucoup plus large. Photo Rick GOULD
Double actualité pour le héraut du blues Joe Bonamassa. Le chanteur-guitariste sort lundi son nouvel album, Different Shades Of Blue , avant d’entamer une tournée qui le mènera à Esch-sur-Alzette le 4 octobre. Entretien.

Avec l’album Different Shades Of Blue , qui sort lundi, vous poursuivez votre exploration musicale entre blues et classic rock…

Joe BONAMASSA
: « Exactement. Il y a des morceaux typiquement blues, d’autres plus rock. C’est un album composé entièrement de chansons originales. J’ai mis un an à l’écrire. Je me suis entouré de quelques amis auteurs-compositeurs et lorsque j’ai eu tout le matériel nécessaire, nous sommes allés avec les musiciens à Las Vegas. Là, l’album a été enregistré en neuf jours, toujours sous la houlette de mon producteur, Kevin Shirley. »

Vous enregistrez vite, mais vous aimez prendre beaucoup de temps pour la composition…

« En fait, cela dépend. Je suis aussi capable d’écrire dans l’urgence. Mais c’est vrai que je n’écris jamais à la dernière minute, dans le studio. Ça, je déteste. Ce que je préfère, c’est m’inspirer de mon quotidien, de mes expériences en tournée, de mes voyages. »

Comme pour la chanson The Last Matador Of Bayonne , sur l’album Dust Bowl , par exemple ?


« Tout à fait. En juillet 2010, j’ai joué avec ZZ Top à Bayonne, en France. C’était dans les magnifiques arènes. On se serait cru en Espagne, il ne manquait que les taureaux. Et là, on m’a expliqué que certains voulaient interdire les corridas. Cela m’a donné l’idée d’écrire ce morceau sur le dernier matador de Bayonne. »

A l’âge de 12 ans, vous avez joué en première partie de BB King. Et maintenant, c’est vous qui transmettez le flambeau à la jeune génération

« Oui, car même si je n’ai que 37 ans, cela fait quasiment 30 ans que je suis musicien. Le blues, c’est toute ma vie, et j’ai eu envie de créer la Fondation "Keeping the blues alive ". C’est une organisation à but non lucratif, non gouvernementale. Nous récoltons des fonds, à travers des donations, des ventes, l’organisation d’événements, que nous redistribuons sous forme de dons, de bourses scolaires. Notre but est de favoriser la transmission de l’histoire du blues et d’épauler des projets, des écoles. Pour l’instant, nous avons soutenus 85 projets musicaux et aidé financièrement plus de 17 000 étudiants. Jusqu’ici, nous nous sommes limités aux seuls Etats-Unis mais nous espérons bientôt pouvoir agir dans le monde entier. »

Le samedi 4 octobre, vous serez en concert à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette. A quoi devons-nous nous attendre ?


« Ce sera un concert différent de celui proposé lors de la dernière tournée européenne, et notamment en France. Il y aura deux parties distinctes, séparées d’une sorte d’entracte. Nous commencerons par jouer des morceaux acoustiques. Et lorsque nous revenons sur scène, c’est pour une bonne heure, entièrement électrique. Je crois que le public va apprécier. »

Sortie lundi de Different Shades Of Blue (Mascot Provogue). En concert le 4 octobre à la Rockhal d’Esch-sur-Alzette.

Propos recueillis par Thierry CUGNOT.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire