lundi 27 avril 2009

Bernard Lavilliers : question de peau

B: Ils m'ont arrêté une nuit
ou le froid jouait du rasoir
Rue de Flandres, loin du pays
Entre le crack et le poignard

Question de peau-question de veine et de couleur

T: Je me suis planqué comme un rennard
Train d'atterisage d'un avion
Dans le container d'un baqnaud
dans la chambre à air d'un camion

Question de peau-question de veine et de couleur

Refrain: Arriver, au fond des corridors
Travailler au noir jusqu'à la mort
Clandestins, traqués par la police
Silencieux au bord du précipice

B:C'est à fleur de peau qu'on explique la forêt sanglante et l'horreur

T:Si Charles taylor c'est l'Afrique, vaut mieux annoncer la couleur

Question de peau-question de veine et de malheur

Musique et musiciens d'Afrique-faut voir l'immigration des blancs
On peut crever, c'est très ethnique, avec l'extrême onction des grands

Question de peau-question de veine et de couleur
Question de trop-question de chance-marge d'erreur

Refrain: Arriver, au fond des corridors
Travailler au noir jusqu'à la mort
Clandestins, traqués par la police
Silencieux au bord du précipice


Hommage à ceux qui , pour survivre, sont obligés de quitter leur famille, leurs amis, leur village, leur pays. La lutte qu'ils mennent actuellement pour être reconnus comme des travailleurs à part entière portera ses fruits pour nous tous. C'est celle pour le droit à la dignité.

Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire